Convertir les États-Unis à l’énergie propre : un chantier État par État

http://www.atelier.net/trends/articles/convertir-etats-unis-energie-propre-un-chantier-etat-etat_436193?utm_source=emv&utm_medium=mail&utm_campaign=lettre_toute_zone
Par 18 juin 2015
Une équipe de chercheurs de l’Université de Stanford aurait élaboré 50 plans de transition énergétique spécifiques à chaque état américain, avec pour ambition d’achever cette transition d’ici 2050.
Les États-Unis pourraient-ils raisonnablement fonctionner à l’énergie propre à 100 % d’ici 2050 ? C’est ce que tente de démontrer l’étude menée par le chercheur en ingénierie environnementale à l’Université de Stanford, Mark Z. Jacobson, et ses collègues. Le but ?  Prouver que la transition à l’énergie propre n’est pas un fantasme, mais bien une entreprise réalisable. L’équipe de scientifiques a donc élaboré 50 plans individuels pour les 50 États qui composent le pays. Des plans aux mesures radicales, tant sur la manière dont les Américains consomment leur énergie que sur les infrastructures en place. Des changements radicaux bel et bien réalisables puisque l’étude indique que la conversion à l’énergie propre est possible à travers l’implantation à large échelle de technologies déjà existantes (éoliennes, panneaux solaires…). L’objectif ultime ? Engager le grand public en l’informant au maximum et en encourageant celui-ci à participer à cette transition afin de réduire les émissions à effet de serre. Avec à terme, l’espoir que l’étude puisse faire tomber les barrières sociales, politiques et économiques qui bloquent la transition énergétique.

50 plans adaptés aux consommations spécifiques de chaque État

Afin d’élaborer les 50 plans adaptés aux spécificités de chaque état, l’équipe s’est penchée sur les demandes énergétiques propres à ces derniers et l’évolution de celles-ci d’ici 2050. Afin d’avoir une bonne représentation de la consommation d’énergie, les chercheurs se sont concentrés sur 4 secteurs clés : l’utilisation d’énergie au sein des domaines résidentiels, commerciaux, industriels, et des transports. Pour chacun de ces secteurs, les chercheurs ont analysé la quantité de combustibles consommés, qu’il s’agisse de charbon, de pétrole, de nucléaire ou autres énergies. Ils ont ensuite pu calculer quelles seraient les demandes des consommateurs en carburant lorsque ce dernier serait remplacé par l’électricité. Une hypothèse qui suggérerait que tous les moyens de transport deviendraient électriques et que toutes les maisons se convertiraient au chauffage électrique. À l’issue de ces calculs, les scientifiques ont pu constater une baisse de 39 % des demandes de consommation d’ici 2050, si leurs plans de transition énergétique étaient appliqués. La majorité de la baisse étant provoquée par le remplacement des énergies actuelles par l’électricité.

La carte interactive créée par l’équipe de chercheurs qui indique quelles énergies adopter selon les états, disponible sur le site thesolutionproject.org

Une transition énergétique effectuée à 80 % d’ici 2030

Un tout nouveau réseau électrique qui serait alimenté uniquement par les énergies renouvelables, qu’elles soient éoliennes, solaires, géothermiques ou hydroélectriques. L’étude indique qu’en suivant les plans individuels pour chaque état, une transition énergétique serait envisageable à hauteur de 80 % d’ici 2030. Et cette transition serait complètement achevée d’ici 2050. Une transition facilitée par l’avance de certains états, comme par exemple l’État de Washington dont le réseau électrique fonctionne d’ores et déjà à hauteur de 70 % à l’énergie hydroélectrique, couvrant de ce fait 35% des besoins énergétiques de l’état. Les États d’Iowa et du Dakota du sud sont également en bonne position puisque ces derniers produisent 30 % de leur électricité grâce au pouvoir éolien. Une transition énergétique qui aurait tout de même un coût certain, mais un coût rapidement rattrapé par la gratuité des rayons du soleil, la force du vent et la puissance des courants. Une conversion aux énergies renouvelables pourrait à terme créer des emplois, stabiliser le prix du pétrole, réduire les taux de CO2 et, ainsi, éliminer tous les problèmes de santé en corrélation avec la pollution (l’équipe de chercheurs recenserait près de 63 000 américains atteints de maladies directement liées à la pollution de l’air).