Pollution de l’air, le cancer atmosphérique

See on Scoop.itAlain Renaudin

1 in 8 Deaths Globally Are Linked To Air Pollution

 

 

 

 

A new report from the World Health Organization shows the air situation is far more dire than we anticipated.

Alain Renaudin‘s insight:

 

Le cancer atmosphérique est le mal du siècle !

 

Vous ne pouvez échapper à l’air que vous respirez. Lorsque le coût de l’énergie augmente, des arbitrages restent possibles.

Lorsque la qualité de l’air se dégrade, vous faites quoi ? vous avez 1 minute pour vous en soustraire.

Et lorsque vous poumons sont attaqués et que la BPCO sera dans le top des maladies chroniques (autre WHO estimates) … vous respirerez avec votre foie ?

Pour rappel, depuis 1986, les nuages ne s’arrêtent plus aux frontières. D’ailleurs, peu importe, les derniers mois ont prouvés que nous pouvons tout à fait être autonomes pour produire notre propre pollution de l’air, de la bonne pollution locale, made in France.

 

Depuis longtemps déjà  nous connaissons le lien entre les risques environnementaux, notamment liés aux pollutions diverses, et leurs conséquences en termes de risques sanitaires. La pollution de l’air est sans doute le phénomène le plus visible – paradoxalement – et le plus immédiatement interpellant. Personne ne peut s’y soustraire, c’est une pollution « équitable » dans la mesure où elle touche tout le monde, riches et pauvres, c’est une pollution de long terme mais qui tue dès aujourd’hui (cf WHO estimates à répétition), et c’est une pollution qui touche là où ça fait mal: notre santé (la mienne, celle de mes enfants, pas celle – lointaine – de la biosphère ou des ours polaires) – le coût public lié aux impacts de santé publique – et la compétitivité économique (absentéisme, moindres cadences, pertes d’attractivité …).

Pour toutes ces raisons, cette pollution atmosphérique est à la fois très insidieuse … et très vertueuse:

– elle déjoue les théories des climatoseptiques (qui pourrait argumenter que la pollution de l’air n’est pas due aux activités humaines ?);

– elle force les politiques à agir;

– elle est urgente, en rapprochant de nous les trop longues échéances environnementales;

– elle coûte, en vies et en devises;

– elle est directement vécue et subie par les opinions publiques qui la supporte de moins en moins;

– elle est un accélérateur d’innovations de substitution …

 

See on www.fastcoexist.com